Tam-Tam : Des créateurs plein de ressources

DES CRÉATEURS PLEIN DE RESSOURCES

Mai 2018

Le Comptoir des Ressources Créatives est né à Liège il y a 5 ans. Les artistes membres de cette plateforme peuvent s’entraider grâce au système de « Je cherche, je propose » en mutualisant les ressources, en partageant leur expérience et en trouvant des réponses aux besoins de chacun. Et concrètement cela veut dire quoi ? Partons à la découverte du comptoir de Liège avec Gisèle et Manue, fondatrices et comédiennes de la Compagnie théâtrale La Plume à L’Oreille. Ensuite, cap sur le récent comptoir de Namur qui comme celui de Mons, Charleroi et Tournai est une des réponses à ce besoin de liens, d’émulation et d’échanges pour les artistes en Fédération Wallonie-Bruxelles.

IOS

Android

FICHE PÉDAGOGIQUE

Résumé

Le Comptoir des Ressources Créatives est né à Liège il y a 5 ans. Les artistes membres de cette plateforme peuvent s’entraider grâce au système de « Je cherche, je propose » en mutualisant les ressources, en partageant leur expérience et en trouvant des réponses aux besoins de chacun. Et concrètement cela veut dire quoi ? Partons à la découverte du comptoir de Liège avec Gisèle et Manue, fondatrices et comédiennes de la Compagnie théâtrale La Plume à L’Oreille. Ensuite, cap sur le récent comptoir de Namur qui comme celui de Mons, Charleroi et Tournai est une des réponses à ce besoin de liens, d’émulation et d’échanges pour les artistes en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Nos Intentions

On entend beaucoup parler du statut d’artiste. Dans la législation sociale belge il existe certaines règles spécifiques applicables aux artistes mais il n’existe pas de statut spécifique pour les artistes. Or, « l’artiste a un profil particulier et atypique : conditions de travail précaires et instables, activités artistiques variées, multiplicité des employeurs, revenus irréguliers… » et vu les différentes spécificités de son métier, l’artiste aurait bien besoin d’un statut qui lui est propre et pleinement consacré. Pour se consacrer à son art, l’artiste a besoin de temps et d’argent. Et en réalité, ce temps est trop souvent entravé par la course au financement, la débrouille et les bricoles pour mener à bien un projet et pouvoir en vivre.

TDM veut faire entendre la voix des artistes, valoriser leurs métiers et montrer comment ils rebondissent, innovent, trouvent des solutions pour créer « mieux ». Au comptoir des ressources créatives, ce sont les créateurs eux-mêmes qui ont mis le doigt sur leurs principaux besoins et qui, ensemble, tentent d’y répondre de la manière le plus adéquate possible.

Pistes de réflexions

 

  • Trouvez-vous que les artistes ont des conditions de travail qui permettent d’exercer sereinement leur métier ?
  • À quels types de besoins répond le Comptoir des Ressources Créatives ?
  • Les artistes sont souvent considérés comme ne faisant pas un « vrai » travail. Comment déconstruire ce stéréotype encore fort présent dans l’imaginaire collectif ?
  • Quelles sont les difficultés quotidiennes que peuvent rencontrer les artistes dans l’exercice de leur métier et en quoi la formule du comptoir peut apporter des réponses ?
  • Le partage de matériel et de compétences entre particuliers est de plus en plus répandu dans le secteur associatif. Pourquoi ? Est-ce un modèle viable ? Va-t-il se généraliser dans le futur ?
  • En quoi ce modèle de mutualisation des ressources fait évoluer nos mode de vie et de consommation ?
  • Pourquoi faut-il davantage soutenir et encourager les artistes et créateurs ?

FICHE PÉDAGOGIQUE

Nos Intentions

On entend beaucoup parler du statut d’artiste. Dans la législation sociale belge il existe certaines règles spécifiques applicables aux artistes mais il n’existe pas de statut spécifique pour les artistes. Or, « l’artiste a un profil particulier et atypique : conditions de travail précaires et instables, activités artistiques variées, multiplicité des employeurs, revenus irréguliers… » et vu les différentes spécificités de son métier, l’artiste aurait bien besoin d’un statut qui lui est propre et pleinement consacré. Pour se consacrer à son art, l’artiste a besoin de temps et d’argent. Et en réalité, ce temps est trop souvent entravé par la course au financement, la débrouille et les bricoles pour mener à bien un projet et pouvoir en vivre.

TDM veut faire entendre la voix des artistes, valoriser leurs métiers et montrer comment ils rebondissent, innovent, trouvent des solutions pour créer « mieux ». Au comptoir des ressources créatives, ce sont les créateurs eux-mêmes qui ont mis le doigt sur leurs principaux besoins et qui, ensemble, tentent d’y répondre de la manière le plus adéquate possible.

Pistes de réflexions

 

  • Trouvez-vous que les artistes ont des conditions de travail qui permettent d’exercer sereinement leur métier ?
  • À quels types de besoins répond le Comptoir des Ressources Créatives ?
  • Les artistes sont souvent considérés comme ne faisant pas un « vrai » travail. Comment déconstruire ce stéréotype encore fort présent dans l’imaginaire collectif ?
  • Quelles sont les difficultés quotidiennes que peuvent rencontrer les artistes dans l’exercice de leur métier et en quoi la formule du comptoir peut apporter des réponses ?
  • Le partage de matériel et de compétences entre particuliers est de plus en plus répandu dans le secteur associatif. Pourquoi ? Est-ce un modèle viable ? Va-t-il se généraliser dans le futur ?
  • En quoi ce modèle de mutualisation des ressources fait évoluer nos mode de vie et de consommation ?
  • Pourquoi faut-il davantage soutenir et encourager les artistes et créateurs ?