TAM-TAM : Reprendre son souffle

REPRENDRE SON SOUFFLE

Novembre 2018

FICHE D’ANIMATION

Nos Intentions

Régulièrement, TDM revient sur une initiative ou projet filmé plusieurs années auparavant. Nous repartons à la rencontre des acteurs, qu’ils soient associatifs ou citoyens, qui portaient cette initiative et nous tentons de voir avec eux ce qu’elle est devenue. Notre volonté est ainsi de questionner la viabilité des projets, de faire le point sur les éventuelles difficultés, défis et limites qui se sont présentées. TDM entend ainsi enrichir une réflexion plus globale sur la naissance et l’inscription dans la durée d’alternatives et réponses citoyennes et associatives aux enjeux actuels.

Pistes de réflexions
  • La société prend-elle suffisamment en compte le besoin de répit des parents de personnes polyhandicapées ?
  • Est-ce que ce besoin de répit est quelque chose que vous comprenez ? Débattez.
  • Le secteur du handicap est-il un secteur suffisamment soutenu aujourd’hui ?
  • Pourquoi les initiatives et alternatives qui naissent sont souvent, au départ, portées à bout de bras par une personne ou un groupe de personne à titre personnel ? Que pensez-vous du fait que les réponses aux besoins naissent souvent de la société civile et des citoyens ?
  • Quelles sont selon vous les clés pour qu’une initiative s’inscrivent dans le temps ?
  • Le projet « Souffle un peu » vous parait-il vivable sans la personne d’Anne Detinne ? Y a-t-il une dépendance à elle ? Pourquoi ? Si oui, est-ce que cela pourrait représenter une limite à la durabilité ?

Cinq ans après son premier reportage sur l’asbl « Souffle un peu », TDM est retournée sur place pour voir comment le projet a évolué et s’est inscrit dans le temps.

Cette association a été créée par Anne Detinne pour répondre aux besoins criants de répit des parents de personnes polyhandicapées. Plus qu’une simple garderie, l’asbl propose des moments de loisirs « actifs » et de découverte adaptés ainsi que des activités à l’extérieur. L’accueil se veut conviviale, familiale et « sur mesure » pour se démarquer des institutions et autres systèmes d’accueil plus impersonnels. L’idée est de remplacer un cocon familial par un « autre ». Les parents peuvent ainsi se reposer le temps d’une journée ou pour des courts-séjours.

Née, au départ, de manière bénévole, ponctuelle et spontanée, l’initiative s’est au fil du temps structurée, professionnalisée et s’est développée de manière considérable. Nous avons pu le constater lors de notre second tournage D’une toute petite structure un peu artisanale, « Souffle un peu » est aujourd’hui un acteur clé dans le soutien et le répit pour les proches des personnes polyhandicapées. L’offre est devenue permanente, l’asbl a acquis un bâtiment, elle a des projets d’extension pour celui-ci, une nouvelle structure – sous forme de centre de jour – est née et un projet de centre d’hébergement est en cours de construction.

Et si l’initiative accueille aujourd’hui davantage de personnes, il semble que les demandes dépassent encore l’offre. Les besoins en la matière sont gigantesques.

FICHE D’ANIMATION

Résumé

Les « aidants proches » consacrent au quotidien une partie de leur temps à un proche atteint d’une maladie ou en perte d’autonomie. Avec le temps, certains peuvent s’essouffler jusqu’à rencontrer des problèmes de santé. Afin d’éviter l’épuisement certains choisissent de prendre un moment de répit de temps en temps. Pour la plupart, ce moment de pause est encore trop rare. Pourtant, de nombreuses formules de répit – à domicile ou en institution – sont proposées par des ASBL telles que Baluchon Alzheimer et la Villa Indigo.  

Nos Intentions

 

Le statut d’aidant proche est reconnu par la loi depuis 2014. Néanmoins les aidants ne bénéficient pas de droits spécifiques par rapport à l’énergie et le temps qu’ils consacrent à leurs proches.

TDM a voulu donner la parole à un sujet de société encore méconnu. Les aidants ne connaissent pas toujours les services de relais disponibles pour les soulager et pouvoir s’occuper au mieux de son proche sur le long terme. Souvent, on constate que les aidants attendent trop longtemps avant de demander de l’aide, au détriment de leur propre santé. TDM a voulu informer sur les possibilités d’aides mises en place et les bienfaits du relais sur l’aidant et sur le proche malade.

 

Pistes de réflexions
  • La société prend-elle suffisamment en compte le besoin de répit des parents de personnes polyhandicapées ?
  • Est-ce que ce besoin de répit est quelque chose que vous comprenez ? Débattez.
  • Le secteur du handicap est-il un secteur suffisamment soutenu aujourd’hui ?
  • Pourquoi les initiatives et alternatives qui naissent sont souvent, au départ, portées à bout de bras par une personne ou un groupe de personne à titre personnel ? Que pensez-vous du fait que les réponses aux besoins naissent souvent de la société civile et des citoyens ?
  • Quelles sont selon vous les clés pour qu’une initiative s’inscrivent dans le temps ?
  • Le projet « Souffle un peu » vous parait-il vivable sans la personne d’Anne Detinne ? Y a-t-il une dépendance à elle ? Pourquoi ? Si oui, est-ce que cela pourrait représenter une limite à la durabilité ?